Œuvres 2019

Projet : « Rinvigorito » par Davide d’Elia

Mar 5, 2019 28 min read By: admin 0 Comment

A l’occasion d’un concours qui appelait des artistes à présenter leur projets, Davide d’Elia à proposé « Rinvigorito », une oeuvre ambitieuse mêlant espaces, perceptions et technologies. Nous sommes aujourd’hui en recherche de sponsors pour financer ce projet.

IOBOA (1) :

Ioboa, une bouée anthropomorphe flottante en plastique. La norme est définie par l’union de deux fenêtres pleines spéculaires cunéiformes, une telle union leur permet de se dessiner, les deux parties (inférieure / supérieure) l’une presque complètement immergée, l’autre émergente étant antithétique et complémentaire; à Ioboa, une partie rappelle l’apparition d’un buste en marbre épais, l’autre d’une bouée couramment utilisée. Contrairement à sa statuaire, la bouée est légère, c’est la partie ludique de RINVIGORITO, celle qui est présente à la place du buste, mais qui raconte les faits et à laquelle il se réfère. Le travail fait référence au sens de la limite entre eau et air, mais également à une expérience partagée, celle de l’homme qui voit dans la bouée un avertissement, une limite à atteindre et à ne pas dépasser. Ioboa sera produit en trois exemplaires.

VR (3) :

Pendant la permanence du buste en marbre «Reinvigorito» dans les eaux de Forte Marghera, une caméra vidéo capable d’enregistrer des films stéréoscopiques à haute résolution est placée dans un dispositif amphibie, qui permet d’enregistrer sous la surface de l’eau pour créer une image à 360 degrés avec une résolution en 5K. La caméra vidéo, placée devant l’œuvre à une distance d’environ 3 mètres, sera placée sur un poteau pour permettre au spectateur de cette vidéo immersive de voir à mi-chemin et pour le reste à moitié immergé. Lors de l’exposition, l’utilisateur pourra observer la bande de marbre «Rinvigorito» dehors et sous l’eau, ce qui permettra de faire revivre les caractéristiques particulières de l’installation spécifique de Venise sur son site, dans sa perpétuelle «revigoration».

SUNSERIF (3) :

Sunserif tire son nom d’un jeu de mots: le terme «Sans serif», utilisé pour définir un type de police particulier littéralement «sans grâce», est remplacé par le mot «Sun serif», prononcé presque de la même manière mais change avec «Graceful Sun» faisant référence au jeu de transparence donné par les rideaux semi-transparents de l’œuvre.

Sunserif est présenté comme un rideau industriel pour la séparation des environnements, ancré au plafond à l’aide d’une ancre en métal, il est composé de 40 bandes de plastique vinylique transparent usé par le temps et la poussière, opaque par des matières volatiles.

Sunserif est composé de 40 bandes de plastique vinylique transparent, une structure plastique / transparente de la taille de (8 m x 3 m) utilisée pour la séparation des environnements industriels du chantier Allufer Tempesta. Les bandes de plastique ont absorbé au fil des ans: poussières, minéraux et dégradation, de sorte que le plastique hygiénique transparent a pris une apparence semi-transparente presque organique.

Sur ceux-ci, comme pour la procédure de nettoyage partiel utilisée sur le marbre de «Zio Bartoluccio», nous travaillerons par soustraction en éliminant selon une forme prédéfinie la ligne de sortie négative de «Oncle Bartoluccio» immergé dans sa nouvelle résidence de Forte Marghera ( fig.1 ) retournant ainsi sur les rayures, comme cela a déjà été fait sur le buste, la trace bi-temporelle entre: passé et présent, organique et inorganique, continue et immobile.

Sunserif est un élément coagulant de l’exposition et se positionnera dans les espaces d’exposition qui accueilleront la deuxième phase de Reinvigorito et dialoguera avec les autres éléments qui composent l’installation.